La fondation de l’homme (Première et seconde)

man spiritual photoExtraits du livre « La genèse du réel » de Bernard de Montréal (1988)

Pour bien comprendre ce que l’homme représente maintenant et ce qu’il représentera plus tard au cours de l’évolution, il faut d’abord en étudier la fondation première. L’homme est né d’un plan universel d’évolution à partir d’espace-temps que nous devons, pour des raisons d’expérience psychique limitée, surnommer « les sphères ». Son plan d’évolution ne fut jamais et ne put jamais être parfait de façon absolue dans sa création mentale, à cause de l’énorme complexité de l’expérience elle-même. Mais dès le début de l’évolution du plan créatif, l’être fut suivi de près par la lumière, sa source d’énergie à tous les niveaux de sa réalité. L’homme lui-même était trop primitif dans son développement pour avoir conscience de cette lumière- source à la base de sa manifestation planétaire. Ses principes devaient se développer selon l’expérience aveugle de sa conscience inférieure, très rapprochée d’une conscience animale au début.

La conscience animale de l’homme fut nécessaire afin qu’il puisse développer les conditions essentielles à la survie matérielle de son corps, pour la protection et la permanence de la race. Derrière le voile de cette conscience primitive, la lumière de l’homme continuait à exercer lentement son pouvoir de direction. Celui-ci dura la totalité de l’involution, période de développement d’une conscience expérimentale où il fut amené graduellement à conscientiser sa nature dans le but de pouvoir éventuellement en reconnaître la source. Au cours de cette époque millénaire, l’être humain a sombré dans une progressive inconscience, qui lui vient des conséquences que sa mémoire lui a fait supporter sur le plan matériel et sur celui de la mort.

Durant cette longue période d’expérience, une lutte interne se livrait dans les sphères entre les forces qui voulaient garder l’homme dans l’ignorance totale de sa réalité, et d’autres qui veillaient à le sortir de son sommeil profond. Cette lutte dure encore aujourd’hui, et cause la souffrance de l’homme sur terre. Cependant, il est su que l’humanité en général entre dans un nouveau cycle d’évolution, où sa conscience sera élevée afin de le protéger contre l’annihilation. Les forces qui ont donné naissance à l’homme ont un but précis : fusionner un jour avec lui afin de préparer un ordre nouveau, tant sur terre que sur un plan parallèle, et de poursuivre, en relation harmonieuse avec lui, le plan cosmique de son évolution conçu au début de sa genèse. C’est à ce point de l’histoire de l’homme que commence le récit de sa fondation.

La fondation de l’homme veut dire la définition d’une courbe évolutive sous le contrôle mental avancé d’un être libéré des forces psychiques et inconscientes de son involution primitive ; celle-ci fut nécessaire afin de créer dans le cosmos une nouvelle hiérarchie d’intelligences douées de deux facultés à la fois, l’une créative, et l’autre intelligente. Les forces qui ont donné à l’homme sa raison d’être sont des forces créatives dotées du pouvoir de manipuler l’énergie cosmique et universelle. Ces forces sont créatives, mais l’intelligence ne fait pas partie de leur faculté. Il est difficile pour l’homme de comprendre ceci, car pour lui ce qui est créatif est forcément intelligent, et vice versa. Mais tel n’est pas le cas dans le cadre de la réalité des sphères, car la créativité représente une capacité évolutive de manipuler l’énergie pure, alors que l’intelligence est une faculté capable d’harmoniser cette énergie sur un plan inférieur de la réalité, qui est le plan mental.

Un des grands principes qui sous-tend l’évolution de l’homme est fondé sur le besoin de joindre la créativité des sphères à l’intelligence de l’homme, afin de créer un nouveau type d’évolution humaine capable de prendre contrôle des forces cosmiques inférieures, qui ont toujours échappé aux forces créatives parce qu’elles étaient douées de capacités littéralement différentes. Ce n’est qu’à travers l’intelligence créative de l’homme nouveau que ceci sera possible, car lui seul est investi d’intelligence réelle, c’est-à-dire non limitée par sa propre essence. Le problème particulier à la lumière et à ses forces vient du fait qu’elles aveuglent toute autre force qui les approche, et cet aveuglement les empêche de neutraliser ce que nous appelons les forces retardataires.

L’homme nouveau sera doué d’une conscience capable de canaliser l’énergie créative de sa source, tout en demeurant libre de neutraliser les forces retardataires qui œuvrent à travers son inconscience. Il aura pris conscience de son pouvoir de se défaire de leurs influences subtiles sur sa conscience. Alors seulement ces forces parasites cesseront d’utiliser l’homme pour le maintien de leur pouvoir ; elles seront obligées d’évoluer afin de prendre elles-mêmes conscience que les forces créatives cosmiques demeureront toujours suprêmes dans l’organisation évolutive du cosmos. Car ce sont ces forces créatives qui, au tout début de la vie, ont créé le son nécessaire afin que la conscience des atomes commence son lent mouvement vers la création des plans inférieurs, d’où est sortie la vie dont nous connaissons et le produit final et voulu est l’homme.

Ces forces retardataires sont nées, dans un très lointain passé, du besoin de séparer l’univers en deux zones : une de lumière, et une autre dite de ténèbres. Ces deux zones étaient nécessaires afin que naisse dans le cosmos ce que nous appelons la polarité, la dualité. Sans polarité le mouvement est impossible, de même que sans polarité, la vie devient impossible aussi. Tout ce qui naît de l’unité s’affranchit de l’unité, car la dualité représente toujours une lutte au cours de l’évolution ; dans la conscience réciproque de ses zones d’influence, elle donne naissance à la recherche de l’unité, et de cette recherche naît la lutte, la confrontation, la rébellion. L’unité cosmique dut être rompue afin que naisse la vie sur les plans inférieurs. De cette rupture de l’unité découla la dualité, qui à son tour provoqua le mouvement.

L’homme est essentiellement le produit du mouvement sur tous les plans de sa réalité. Voilà d’ailleurs pourquoi il évolue. Mais son mouvement est erratique, car de profondes influences nocturnes interfèrent avec sa conscience évolutive. Voilà ce qui crée la souffrance, dont l’homme nouveau se libérera lorsqu’il aura compris les lois de sa fondation sur le plan psychologique et sur le plan psychique de sa conscience. Ces lois feront partie d’une science universelle qu’il comprendra, car sa fusion avec sa source, sa lumière, l’instruira de ce qu’il doit savoir afin de s’affranchir de sa mémoire.

L’homme, en tant qu’être planétaire, représente un modèle d’évolution à long terme ; la première partie de ce terme tire à sa fin et l’être humain connaîtra la seconde, la plus importante pour lui en tant qu’être. Au cours de celui-ci, il intégrera enfin le principe de sa propre lumière. Comme le cycle involutif sera derrière lui, sa vie sur le plan matériel ne sera plus sujette aux conditions expérimentales de la première époque. La clef de ce deuxième volet de l’évolution sera la fusion de l’homme avec les forces créatives qui lui donnèrent naissance sur les plans de la lumière, au tout début de sa création. Ces mêmes forces qui l’engendrèrent dans le cosmos invisible s’uniront à lui de façon permanente et indissoluble, et ce sera le début de l’immortalité sur terre. Cette époque nouvelle ne ressemblera en rien à l’époque involutive, car l’homme aura conquis en lui les forces astrales qui avaient contrôlé son expérience antérieure. Sa vie aveugle sera remplacée par une vie intelligente remplie de lumière et de son qu’il utilisera pour commander à la matière.

Il est difficile à l’homme de saisir l’importance de la nouvelle époque, car elle ne fait pas partie de son expérience. Son seul outil face à la compréhension de cette phase de l’évolution future ne peut lui être fourni que par la communication directe avec son double, car sa fusion avec lui rendra possible la compréhension de la destinée de l’être conscient. Le nouveau modèle d’évolution se livrera à une recherche profonde des lois de l’univers, fondée non pas sur l’activité du cerveau rationnel mais sur l’activité créative de l’énergie de son mental supérieur.

En mettant fin à l’involution, la prochaine époque entamera une nouvelle phase dont le principe fondamental sera de permettre à l’être conscientisé d’élever son taux vibratoire à volonté, afin d’exercer son pouvoir évolutif.

La vie éthérique s’ajoutera à la vie purement biologique ; l’homme commencera à voir à travers les plans de la vie et pourra s’assurer de la continuité de sa vie consciente à travers les âges à venir. La fusion de l’homme nouveau renversera le rôle traditionnel de l’homme à l’intérieur de sa civilisation planétaire et inconsciente. Comme elle créera une dichotomie dans son mental, il se verra forcer de créer de nouvelles avenues pour exprimer sa créativité. Celles- ci seront l’expression d’une conscience qui ne peut plus répondre aux exigences matérialistes d’une civilisation confondue.

Lorsqu’un nombre suffisant d’hommes auront été conscientisés, le passage à l’éther sera ouvert et la population inconsciente du globe en entier sera détruite. Une transformation profonde de la croûte terrestre sera créée par des forces qui travaillent à la reconstruction de son éther et de sa vitalité. L’être conscient sera protégé absolument de ces grandes transformations et sera ramené à la surface de la nouvelle terre matérielle, après une quarantaine qui durera le temps nécessaire à la restabilisation des éléments. La terre devra être transformée, car l’homme nouveau vivra sur une planète renouvelée, et la mémoire des anciennes civilisations sera totalement effacée.

Ces événements doivent prendre place, car la nouvelle terre sera un lieu où l’homme exercera un pouvoir sur la nature, comme il se doit. Mais la nature et l’homme, cette fois, seront totalement en harmonie l’une et l’autre. Ceci marquera le début de la deuxième fondation de l’homme, alors que l’ordre nouveau sera établi.

La deuxième fondation différera de la première car l’être sera devenu immortel. Sa vie sera longue, et lorsqu’il voudra changer de plan de vie, il passera de façon finale du plan matériel au plan éthérique, où se continuera sa vie à l’échelle de la galaxie. Il sera alors un voyageur de l’espace et, avec les forces de la lumière en fusion, il travaillera à l’exécution d’un nouveau plan d’évolution connu de lui.

La deuxième fondation mettra fin non seulement à la première, mais aussi à la nature humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le corps humain sera transformé. L’être humain sera beau, grand, et de nature plutôt douce et calme. La vie sera paisible et la mort n’existera plus, de sorte que l’homme sera constamment uni à sa source. Une nouvelle civilisation sera bâtie sur les ruines de l’ancienne. Selon l’utilisation de forces provenant de la fusion de l’homme avec sa lumière, le modèle d’évolution future de la terre et de ses nations ressemblera beaucoup plus à un paradis terrestre qu’à un enfer matériel.

L’homme ne mangera plus de chair car son corps matériel n’aura plus besoin de substance si vitale pour supporter un mode de vie extrêmement allégé. Le fait qu’il pourra communiquer avec le royaume animal ne le prédisposera pas à utiliser les bêtes pour sa servitude. Son amour de la nature sera différent mais égal à son amour pour l’homme.

La nouvelle époque coïncidera avec la destruction systématique des forces de la civilisation présente. Cette destruction viendra à la suite des efforts inutiles de la part des gouvernements pour mettre un terme à la division des nations. Cette période sera très difficile pour l’humanité, car déjà de grands efforts auront été faits dans certains secteurs de la vie publique des nations. Mais d’autres efforts, opposés à toute réconciliation, feront en sorte que l’avenir de l’humanité ne pourra plus être garanti. À ce stade, les forces militaires des nations auront accepté officiellement l’existence d’autres civilisations d’outre-espace. Mais elles se replieront sur elles-mêmes, refusant d’altérer les conditions matérielles et psychologiques de l’humanité, car le pouvoir sur terre n’est pas dans les mains des gouvernements, tel que le croient les masses, mais dans celles d’individus puissants qui influent sur les gouvernements.

La nature du pouvoir sur terre n’a jamais été parfaitement comprise des peuples. Le pouvoir n’est pas ouvert, il est hermétique au plus haut degré. Et tout pouvoir hermétique est dirigé par des forces dont la source en définitive, est occultement liée à l’involution de la race, consciemment ou inconsciemment.

La destruction des forces gouvernantes forcera les nations à se replier dans un vide catastrophique, qui forcera les peuples extérieurs à notre système planétaire à perpétrer, contre l’humanité, des actes de violence psychologique qui seront neutralisés par un nouveau pouvoir sur terre, né d’une conscience créative et puissante. La matérialisation des forces d’outre-espace se fera de façon mondiale, lorsque les gouvernements auront décidé d’unifier les nations pour mettre fin à la guerre. Ce prétexte servira le dessein voilé des forces paragouvernementales de concilier leur désir de domination à travers diverses formes de progrès social.

La manifestation de la deuxième fondation se fera vers les années 2060, et un déroulement subtil d’événements politiques préparera cette nouvelle alliance de l’homme avec la lumière. Comme la compréhension de l’histoire deviendra de plus en plus concrète, un plus grand nombre d’êtres admettront que la terre est une planète surveillée et en voie d’implosion psychique, où les forces de l’homme nouveau prendront racine afin que naisse une nouvelle société. Les peuples qui aujourd’hui dominent par leur puissance verront celle-ci diminuer graduellement en fonction d’une réorganisation progressive des forces sociales des nations. Cette perte de pouvoir correspondra à une transformation de la civilisation, hormis l’enrayement de ses problèmes congénitaux à l’involution. L’humanité traînera jusqu’à la fin ses problèmes sociaux, mais ceux-ci apparaîtront en surface comme une ère nouvelle qui ne durera que quarante années. Les forces sociales nouvelles entreprendront de stabiliser l’état des nations et, dans un même temps, un mouvement mondial prendra naissance afin de préparer l’homme à l’avènement de la deuxième fondation. Ce mouvement ne sera pas compris des masses en général, car il ne s’appliquera que sur une base personnelle, sans lien aucun avec l’évolution présente de la société moderne. Il demeurera pendant de longues années parfaitement individuel en nature, et parfaitement occulte en direction.

Le contact entre la terre et les forces d’outre-espace sera interprété par l’humanité comme l’expression de la fin des temps, mais tel ne sera pas le cas. Il ne marquera que la période nécessaire à l’observation d’une planète déjà depuis longtemps surveillée par les mêmes forces. Les races matérielles de l’humanité sont nées du contact entre l’homme primaire et ces forces d’outre-espace, et un contact final devra être rétabli afin que certains spécimens humains soient soustraits des profonds changements qui transformeront la terre lors de la deuxième fondation.

Ces spécimens seront retournés sur leur planète d’origine, dans le but d’étudier plus profondément la nature humaine involutive et ses mécanismes profondément erratiques. L’esprit et la psychologie des êtres étrangers à la terre sont très différents de ceux de l’homme, car le cosmos est grand et les écarts sur la courbe de l’évolution peuvent être énormes. La seule sécurité de l’humanité devant ces forces étrangères sera sa propre conscience en alerte et bien informée. En temps et lieu, un porte-parole reconnu mondialement fera surface et la terre entière lui sera reconnaissante.

La période qui précédera la seconde fondation sera une fin de cycle involutive à la fois difficile et remplie d’espoir pour l’humanité. La situation mondiale aura été stabilisée grâce à l’action puissamment créative d’un envoyé dont la tâche principale sera alors de démontrer à l’humanité que l’homme est cosmique et régi par des lois universelles. L’on dira de cette période qu’elle est l’âge d’or, lorsqu’en fait elle ne représentera que l’âge d’argent, car des maux profonds marqueront encore la conscience de l’homme. Le passage de l’involution à l’évolution créera de profonds changements dans la conscience individuelle de l’homme, car en général ces changements transpireront sans être compris. Une dichotomie s’installera en l’homme et l’acharnement des forces astrales contre lui se maintiendra. L’humanité sera alors forcée de vivre certaines situations dont elle ne pourra être libérée que lorsque la terre entrera dans la phase finale ; alors la race humaine, telle que nous la connaissons aujourd’hui, disparaîtra de la surface de la terre.

Un envoyé viendra et précédera la deuxième fondation, phase finale de l’involution, pour préparer une portion minime de l’humanité à l’élévation de sa conscience et lui permettre l’accès à la phase terminale. Des vaisseaux de lumière viendront alors vers la terre dans le but précis de récupérer ces êtres à des fins d’ensemencement d’une nouvelle race mentale, qui régnera sur terre après sa profonde transformation physique. Le contact entre l’homme et les forces extraterrestres n’aura rien à voir avec les vaisseaux de lumière dont nous parlons. Ces deux aspects du lien universel entre l’homme et d’autres niveaux d’expérience sont différents en nature et en réalité.

Dans un premier cas, l’homme sera en contact avec des hommes venant d’ailleurs, alors que dans l’autre, l’homme sera en relation mentale et psychique avec des êtres dont la nature sera purement lumière. Ces êtres représenteront, pour cette portion de l’humanité, la lumière dont eux-mêmes sont doués sur les plans de leur conscience universelle au-delà du plan matériel.

De la première à la cinquième sous-race, l’homme appartient à une vague de vie dont la caractéristique fondamentale a été la conscience psychomatérielle. La sixième race-racine transposera la conscience humaine et la fera vibrer sur les plans éthérico-matériels de la vie. Alors que la première fondation a servi à la construction et au développement des véhicules inférieurs de l’espèce, la seconde projettera le phénomène sur une base de vie qui unira les aspects planétaires de la vie aux facultés paranormales de la conscience libérée du corps matériel. La seconde fondation instruira l’homme des secrets de la vie et de la mort.

La première fondation a permis l’évolution de la mémoire subjective de la forme et de la matière, en élevant le niveau mental et la conscience de soi. La seconde permettra à l’homme de rééquilibrer son rapport avec la mémoire involutive et de s’élever cette fois au- delà de la conscience égoïque ; l’être lumière passera ainsi à un temps nouveau situé hors de la conscience involutive. L’homme intégral passera d’un temps où la conscience venait de l’accumulation d’impressions enregistrées par l’âme à un autre où l’impression sera fixée dans la conscience cellulaire. Ce mode élevé de perception permettra à l’être conscient d’intervenir créativement dans l’ordre des différents plans de vie. Libre de l’inconscient collectif, l’homme découvrira les lois de l’énergie et les secrets de la vie.

La vie de la seconde fondation ne ressemblera plus à celle de la première et l’homme dépassera le cap de la faillibilité planétaire. Comme la conscience sera axée sur le rayonnement puissant du double, l’être conscient en tirera un bénéfice créatif incommensurable, car les forces de vies actives en lui à l’intérieur de sa dimension psychomatérielle s’exprimeront selon sa conscience individualisée. Le subconscient ne servira plus à nourrir l’homme par voie imaginative, puisque les centres ouverts de la conscience créative donneront naissance aux aspects cosmiques de la conscience éthérique. La conscience cellulaire sera l’outil privilégié de la seconde fondation et correspondra à l’activité créative des cellules de l’être entier.

La première fondation a donné à la conscience un véhicule matériel aujourd’hui parfaitement développé. La seconde mettra à la disposition de la conscience un véhicule nouveau, le double éthérique de l’homme, corps dont la substance même sera le résultat de l’élévation en vibration de la conscience des cellules, à partir du plan le plus élevé de l’homme jusqu’au plan le plus inférieur de sa conscience. À l’aide de ce nouveau véhicule, il entreprendra une autre évolution dans les sphères et commencera enfin à étudier les aspects occultes de son être cosmique. La seconde fondation lui permettra d’entreprendre l’étude des mystères de la vie présents à tous les niveaux du réel et qui, groupés dans un ensemble, constituent un plan de vie unitaire mais désharmonisée de plus en plus par l’homme involutif, car celui-ci est divisé entre lui-même et l’ordre des choses. La seconde fondation établira le lien entre l’homme de la terre et les êtres évolutifs de la galaxie. Cette dernière cessera d’être solitaire dans son évolution et les globes se rapprocheront d’elle, car elle grandira en science et en puissance créative. L’évolution engendrera la suprématie de l’être sur la matière, et ses corps subtils deviendront des véhicules d’expression, au lieu simplement d’être des plans d’expériences auquel l’homme involutif est confronté tant qu’il n’a pas intégré l’énergie de ses principes. Comme la vie des mondes parallèles fera partie de celle de l’homme, ce dernier ne vivra plus sur le globe en fonction de la conscience des peuples ; son individualité intégrale aura remplacée sa personnalité fluctuante. Sa personne sera intégrale et sans faille aucune, car les forces de la lumière feront de lui un être sans passé.

L’évolution sera équivalente à la réintégration de l’homme dans le mouvement naturel et cosmique de l’intelligence universelle. L’humanité future déterminera son avenir à partir de l’accès à une source d’information directement reliée à l’activité des mondes de la lumière, qui supervisent l’évolution des globes et de leurs formes de vies.

L’homme intégral réévaluera sa vie et comprendra qu’elle ne fait plus partie de l’expérience involutive, ou du rapport entre les forces de l’âme et de l’ego. Il verra que la vie telle que connue sur terre n’est que partiellement comprise, et que l’absence de compréhension totale tient à la condition humaine telle que vécue depuis des millénaires. Une fois la vie réévaluée, l’homme entreprendra de la mettre sous son contrôle par l’exercice de son intelligence pure. Libéré de l’expérience, il vivra de façon créative et les séquelles de ses actions ne le desserviront plus. La seconde fondation de l’homme fera se manifester sur terre une nouvelle dimension du réel, reliée ultimement aux sphères universelles des gouvernements galactiques. La prise de conscience de civilisations très avancées, qui évoluent dans l’univers depuis longtemps, lui donnera le goût de voyager dans l’espace pour étendre ses connaissances de l’infini. Les rapports entre l’homme involutif et l’homme nouveau deviendront de plus en plus ténus, car les nouvelles forces de la conscience supramentale sépareront le passé de l’avenir et l’homme ne dira plus que l’avenir est né du passé. Il sera le produit de l’action créative de sa conscience universalisée. Débarrassé des concepts archaïques entretenus par l’involution quant à la nature du temps et de l’espace, il deviendra rapidement un scientiste de la lumière, et sa valeur croîtra selon l’augmentation du pouvoir de sa fusion.

Quand les corridors éthériques de la terre s’ouvriront, l’homme fera l’expérience de l’unité de ses principes selon sa capacité d’engendrer le grand vide de sa conscience cellulaire, qui le propulsera dans d’autres temps et d’autres espaces psychiques réservés aux plus grands adeptes des sciences de l’esprit. L’ouverture de ces corridors informera l’homme dans la science de l’énergie et de la matière. Au cours de la seconde fondation, les mémoires atlantéennes seront remises à l’œuvre afin de donner à l’homme une conscience sur la matière équivalente à celle des hommes sacrés qui donnèrent à cette légendaire civilisation sa science motrice. Les Atlantes disparurent à cause de leur incapacité de manipuler parfaitement l’énergie cosmique, alors que l’homme nouveau aura dépolarisé son principe mental avant de pouvoir œuvrer avec des forces qui ne peuvent être créativement utilisées que dans la mesure où l’homme ne trafique pas avec celles de l’astral.

La descente sur le globe d’une nouvelle conscience fortifiera les liens entre l’homme et les autres formes de vie en évolution dans l’univers. Sa conscience cosmique facilitera l’échange entre le plan matériel de la terre et les plans éthérico-matériels des autres civilisations. La seconde fondation mettra un terme à l’esclavage de l’homme et lui permettra d’entrer dans sa propre lumière, son éther mental. Apparaîtront sur la terre de plus en plus de voyageurs de l’espace intéressés à entrer en contact avec les forces vivantes de la nouvelle civilisation. Le temps viendra où l’homme et ces voyageurs correspondront parfaitement dans le but éventuel d’éliminer les restrictions cosmiques qui existent entre la terre et les globes en évolution supérieure. La seconde fondation servira l’homme mais aussi les civilisations avancées, car dans la nature humaine se cachent des aspects de volonté de vie que ces êtres doivent comprendre afin de faciliter leur propre entendement de certaines lois universelles inscrites dans la genèse de l’homme.

La première fondation fut l’ouverture de l’homme à la dimension animique de son être, aspect du réel qui lui a donné accès à la mémoire expérientielle afin de lui permettre de profiter des expériences antérieures, dans le but de perfectionner sa conscience et ses principes. Au cours de cette période, la conscience humaine a grandi en intelligence planétaire, alors qu’elle a perdu son aspect cosmique à cause du pouvoir des sens sur la sensibilité intérieure de l’être. Au cours de la seconde fondation l’homme reprendra contact avec la dimension essentiellement cosmique de sa lumière. Il rétablira alors l’ordre retardé au cours de l’involution au profit des forces en lui qui l’ont désservi à cause de son ignorance totale des lois de la vie. L’homme découvrira les plans éthériques de la matière et deviendra maître des forces planétaires qui veillent à l’évolution des royaumes qui lui sont inférieurs. Il aura accès aux secrets de la matière au-delà de ce que la science matérielle lui a permis de découvrir, car les plans sous-jacents à la matière sont des plans de lumière ultimement sous le contrôle de l’esprit. Son esprit sera en puissance sur le globe et la seconde fondation mettra un terme à l’involution de sa conscience planétaire. L’homme sera cosmique, et rien ne pourra plus lui être voilé. Son état sera parfaitement équilibré avec les principes de l’esprit.

La seconde fondation invitera la conscience humaine à connaître les secrets de la nature à des niveaux encore inimaginables aujourd’hui, car le monde du rêve n’a pas encore été exploré par l’homme au-delà des frontières astrales de sa conscience involutive. Le perfectionnement du mental humain permettra d’introduire dans le rêve une nouvelle dimension de vie, qui se décomposera en une conscience éthérique des sphères au-delà de la matière. L’homme pourra reconnaître l’invisible pour ce qu’il est, et le terme « invisible » cessera de faire partie de ses conceptions vagues de l’univers. Autant il représentera une dimension cachée à la plupart des hommes, autant il deviendra de plus en plus une dimension que l’être pourra à volonté investiguer afin de se rapprocher des mystères de la vie et de la mort.

L’évolution future deviendra évidente à la communauté humaine lorsque le premier homme nouveau aura manifesté le contrôle sur la matière à partir de sa volonté libre. Celui-ci aura la capacité de travailler avec l’énergie en fonction de sa conscience et non plus en fonction de ses liens anciens avec l’expérience de l’âme. Lorsque l’homme aura défié les lois de la matière, l’humanité sera placé sur une nouvelle courbe d’évolution et les hommes commenceront un à un à se libérer des liens qu’ils entretiennent avec le monde de la mort. La seconde fondation prédisposera l’homme à un mode de vie dont la qualité sera sans fin, car la mort qui forçait l’homme à revenir au monde astral n’existera plus, et sa conscience ne sera plus alourdie par l’impression d’une finitude face à la vie terrestre. L’éther sera ouvert et sa conscience sera perpétuelle, ce qui donnera à l’homme le pouvoir de sa lumière sur terre. Sans perpétuité, la conscience perd sa capacité d’engendrer, c’est-à-dire de faire vibrer les forces de vie au delà de la mort. Celle-ci a tellement affecté la conscience de l’être qu’il est incapable aujourd’hui de supporter parfaitement et consciemment le mouvement de la lumière à travers son propre mouvement planétaire. Tout est expérimental pour lui, alors que tout devrait être créatif dans le sens cosmique du terme. Mais pour que l’être soit créatif, il lui faut être en résonance avec la lumière. Ici commence la lutte de l’ego contre lui-même, c’est-à-dire contre les formes innombrables de conditionnements qui ont fait de sa vie un mouvement graduel vers la mort.

La vie future augmentera le pouvoir de l’homme, car les forces éthériques de la matière seront libérées par sa conscience. Ceci permet de comprendre que l’homme intégral ne sera pas régenté, tout en faisant partie de la Régence planétaire. La première fondation a imposé sur la conscience le pouvoir de la vision matérielle, alors que la seconde effectuera le transfert de la vision matérielle à la vision double, où l’être nouveau aura accès aux plans parallèles. Ce contact permanent demandera que l’homme soit parfaitement équilibré dans son psychisme, car les prises de conscience supérieures seront de nature équivalente à la désintégration de l’ego subjectif. La conscience devra être suffisamment équilibrée pour la vision et pour maintenir l’ego intact. Cette révolution de la conscience fera de l’homme un être supérieur, capable de répondre à ses besoins matériels ainsi qu’à ses besoins spirituels dans le sens créatif du terme. La seconde fondation mettra un terme à l’exclusion de l’homme des sphères dirigeantes de la galaxie. Il verra comment se conduisent les affaires de l’univers et participera créativement à leur évolution. Dotée de la vision éthérique, la vie sera d’un autre ordre et la conscience de la terre s’épanouira.

La conscience cosmique n’est pas simplement un éveil de la conscience humaine sur des plans plus subtils de la vie, mais une fusion intégrale avec ces plans afin que l’homme découvre parfaitement la nature de son esprit. Celui-ci est essentiellement une flamme dont le véhicule doit être élevé en vibration afin qu’elle s’unisse à la matière dans un éther mental où s’éteint la mémoire de l’âme, pour éveiller le dieu dans l’homme ; sa conscience de l’infinité intégrale. Cette dernière lui donnera le pouvoir sur la matière et la capacité d’évaluer la vie et ses systèmes selon un barème d’intelligence que seul l’esprit peut faire vibrer dans sa conscience. Sans l’esprit, la conscience humaine ne fait que réfléchir les pensées ; avec l’esprit, celles-ci deviennent vivantes et créatives sur les autres plans, jusqu’à ce qu’elles se matérialisent dans la forme. L’homme de l’involution ne pourra jamais comprendre les lois de la pensée, car elles ne peuvent lui être expliquées que par son esprit en fusion. Il doit vivre d’une pensée plus ou moins réelle jusqu’à ce que la vie ou le contact entre le double et l’ego se manifeste. C’est dans ce nouveau cadre de vie future que la seconde fondation fera fleurir la conscience et engagera l’homme dans le processus cosmique de la vie en évolution. Il deviendra égal à lui-même, en découvrant son lien inaliénable avec la lumière.

Les dimensions de la vie s’interceptent à des points qui correspondent à un certain niveau d’esprit. Plus ces niveaux sont hauts en vibration, plus la vie devient multidimensionnelle. Au cours de la seconde fondation, l’homme engendrera sur terre les conditions futures de l’immortalité. Ses corps subtils seront transformés à un tel point que la vie s’installera dans les moindres aspects de son être matériel. Tous les plans de sa réalité coïncideront avec l’esprit, et pour la première fois il donnera naissance à une race capable de se rendre libre du corps matériel pour participer activement à l’évolution des systèmes. Sa conscience sera telle que les forces de vie au-delà de la matière cesseront d’interférer dans son processus de vie. Il en aura enfin la commande, car la lumière et la matière auront été jointes comme le furent celles des grands initiés par le passé. Les voiles hiérarchiques de sa conscience seront déchirés à jamais, et les êtres de lumière créeront autour de lui un centre d’intérêt jamais manifesté au cours de l’expérience planétaire. L’homme sera porteur de la lumière alors qu’auparavant, il n’en était que le véhicule inconscient et ignorant.

La seconde fondation portera sur deux cycles de vie; le premier séparera les hommes de l’involution et de l’évolution, alors que le deuxième mettra fin au rapport étroit entre la chair et l’esprit. Au cours du premier cycle, les hommes nouveaux prendront conscience de leur réalité à différents niveaux de leur conscience ; ils traverseront la mémoire de leur propre temps involutif et se retrouveront dans un nouveau temps où la conscience mentale s’actualisera en fonction de leur capacité d’en supporter la lumière. Ces premiers hommes transformeront la civilisation telle que nous la connaissons aujourd’hui, mais leur œuvre se poursuivra jusqu’à la fin du premier cycle de vie, car les forces de l’involution continueront à contester la primauté de l’esprit sur la matière. Ce n’est qu’au cours du deuxième cycle que cette contestation cessera absolument et que l’homme se libérera de son enveloppe matérielle à volonté, afin de poursuivre son évolution sur des plans élevés de vie et d’intelligence.

L’homme sera immortel, il aura intégré l’énergie de toute sa conscience. Cet homme du deuxième cycle fera planer sur terre le nouvel esprit de l’empire humain.

reveilletoi

Pour un monde meilleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *