Le ciel tremblera devant le paradis

ed34b50e21fd1c3e81584d04ee44408be273e5d518b4184795f0_640_sky
Extraits du livre « La genèse du réel » de Bernard de Montréal (1988)

Les esprits de la forme, ces intelligences de lumière qui planifièrent la création, se retirèrent après la division des sphères. Lors de ce retrait, de nouvelles forces engendrèrent dans le cosmos, des plans de vies qui évoluèrent au cours des grandes époques précédant la venue de l’homme sur terre. C’est au cours de ces périodes de longue durée que l’âme, graduellement, atteignit un état de conscience suffisamment avancé pour descendre et animer le corps matériel de l’homme. À cette époque l’âme n’était qu’énergie sans expérience, car l’expérience inférieure de l’homme ne l’avait pas encore contaminée. Dès lors, elle fut incorporée dans la matière et les lois matérielles de la conscience animale créèrent des mémoires qui devinrent, avec l’intensité du poids de l’involution, trop lourdes pour elles. Incapable de supporter ces mémoires inférieures, l’âme humaine dut se retirer sur un plan inférieur avant de retourner à la lumière de son origine. Ce plan était celui de la mort, ou plan astral. Selon l’expérience de l’âme, le statut de cette dernière, après la mort, dépendait de la totalité de l’expérience terrestre. Cette condition à fait naître des plans plus évolués que d’autres, alors que toute une hiérarchie d’âmes en évolution se développa à partir des plans les plus bas jusqu’aux plus élevés de la vie après la mort.

Cependant, le monde de la mort, qu’il soit élevé ou inférieur, a toujours représenté pour l’homme un monde plus intelligent que celui de la conscience humaine. Ce fut l’illusion majeure de l’involution, illusion qui sera totalement renversée avec la venue de l’homme nouveau et de la conscience supramentale sur terre.

L’âme de l’homme conscientisé sera affranchie du monde de la mort. L’homme sera alors en contact avec son esprit, et le monde de la mort n’aura plus d’influence sur lui, car l’âme aura été libérée de ce plan. L’homme évolutif aura accès au savoir universel des mondes de la lumière et, pour la première fois depuis la descente de l’homme dans la matière, il ne vivra plus d’expérience mais de créativité, par sa communication constante avec le double, partie universelle et indestructible de lui-même. Son moi ne perdra jamais plus conscience, car il ne connaîtra plus la mort dans le sens ancien ou involutif du terme. L’homme ne parlera plus des enfers de la mort, ou du ciel de la mort, mais de l’éther de la vie ; du paradis, de cette dimension de vie où le moi et le double auront été fusionnés en une parfaite unité. Ce sera le début de l’immortalité de la conscience humaine sur terre.

Au cours de cette nouvelle évolution le plan astral perdra son pouvoir sur l’homme, et ne pourra plus l’influencer dans son mental ou se servir de ses émotions inférieures pour le faire souffrir, car le lien avec la mort aura été rompu par une transformation profonde qui mènera le nouvel être à la compréhension parfaite des lois de la vie et de la mort. Le ciel, ou haut astral, ainsi que l’enfer, ou bas astral, trembleront devant la conscience nouvelle, car elle ne sera plus influençable à partir de ces plans, et la vie humaine sera remplie d’intelligence créative. Les ténèbres auront disparu de la conscience évolutive ; la mort et ses illusions auront été balayées de la conscience de l’homme nouveau.

Lorsque le contact entre le double et l’homme aura été rétabli sur terre, les illusions infinies du monde astral cesseront de faire de sa vie une expérience. La domination de son mental, à travers son émotivité subjective, prendra fin pour donner naissance à une nouvelle vie créative. L’homme sera alors libéré de toutes les formes de spiritualité ayant fait partie de son expérience involutive nécessaire ; le double expliquera à l’homme nouveau les mystères de la vie, et ces derniers cesseront.

Jamais l’être humain conscientisé ne sera influencé au cours de sa vie par une forme quelconque de spiritualité spéculative, caractéristique de son impuissance créative et de son intelligence sans lumière. Comme l’homme nouveau sera libre de la domination des formes- pensées de l’involution, il progressera à vive allure dans la compréhension des mystères, qui l’ont gardé dans une ignorance profonde au profit du pouvoir spirituel sur terre et dans les sphères de la mort.

Capable de communiquer avec son double et de s’assurer de son intelligence, l’homme intégral communiquera facilement avec les plans de la mort, tant sur les plans supérieurs que sur les plans inférieurs; il réalisera alors que les morts ont toujours cherché à déjouer l’intelligence humaine à travers de multiples formes mensongères de spiritualité, qui englobent la conscience des peuples et des nations. Ceci marquera la fin du pouvoir des sphères sur la conscience humaine, et un grand émoi se répandra dans ces mondes ; il sera su que l’homme se détache de la mort, et que cette dernière ne peut plus rien contre lui.

À partir de cette nouvelle époque dans la vie de l’homme, les sciences de la terre seront tellement avancées que même les morts apprendront de la bouche de l’homme ; sa parole sera lumière, et ce qu’il parlera sera entendu dans les sphères, où une grande révolution éclatera afin que les âmes puissent enfin se libérer des forces qui les maintinrent prisonnières. Les âmes ont supporté cette emprise durant de si longues périodes que leur retour éventuel, sur le plan matériel, devenait leur plus grand espoir, puisqu’il représentait la seule possibilité de fusion de l’homme avec sa propre lumière, son double.

À partir du moment où l’homme nouveau pourra communiquer avec son double , il lui sera possible de comprendre l’envers de la réalité par lui-même, sans aucun support plus ou moins déformé ou illusoire de la pensée involutive. Il puisera dans la vaste infinité de sa lumière, le savoir, qui sert à lui faire comprendre les structures psychiques de la vie et les différents modes d’évolution sur les plans invisibles de la réalité.

L’homme nouveau sera libéré de la connaissance involutive, conditionnée et subordonnée à des forces psychiques dont il n’a jamais pu contrôler l’influence sur son principe d’activité mentale. Lorsqu’il communiquera avec le double, sa communication sera d’une telle clarté qu’il en vivra un choc de réalisation ; il sera émerveillé et verra l’abominable ignorance de l’involution, voilée par la spéculation spirituelle d’une conscience historique sans intelligence absolue. Le contact entre l’homme et le double lui donnera accès à cette qualité absolue du savoir, retenue à ses dépens au début de l’involution, lorsque l’âme devint prisonnière de ses liens inextricables avec la mort.

La lutte entre le ciel et la terre sera grande, car l’homme nouveau, au cours de l’évolution future de sa conscience, ne connaîtra plus la mort. Après la vie matérielle, sa conscience continuera à évoluer sur le plan éthérique, monde de la lumière de l’esprit et contigu avec la réalité des sphères. Les âmes prisonnières de la mort retourneront à la matière et connaîtront la fusion totale avec le double dès que les portes de l’éther, c’est-à-dire du paradis terrestre, auront été ouvertes à l’homme de la prochaine époque. L’éther sera à l’homme nouveau ce que la vie fut avant le cycle adamique, qui condamna l’homme à vivre à la sueur de son front, et la femme à enfanter dans la douleur de la chair.

Que nous parlions du ciel ou des enfers, nous parlons toujours du monde de la mort, et non du monde de la vie après la dématérialisation du corps physique. Et tant que l’homme sera prisonnier dans son mental de ces deux facettes de la même réalité, il ne vivra pas de l’énergie créative de son double, c’est-à-dire libre de la mort. Pour que l’homme nouveau soit en communication parfaite avec le double, il lui faudra dépasser le conditionnement imposé par la mort à travers l’ignorance de l’âme, depuis sa descente sur le plan matériel. Seul le double peut parfaitement expliquer à l’homme la différence fondamentale entre l’âme et l’esprit, entre le savoir et la spéculation psychologique de l’ego, ou du moi, sous l’impulsion de l’âme. Celle-ci est ignorante mais demeure puissante chez l’homme tant qu’il n’a pas reconnu la présence en lui de sa propre et indivisible réalité.

L’évolution de la conscience supramentale sur terre permettra à l’homme nouveau de déchiffrer à volonté les mystères de la vie. Mais plus il pénétrera dans les secrets des lois de la vie, plus il sera forcé de se libérer de la mystification de l’âme et des forces avec lesquelles elle est liée sur les plans subtils de la conscience humaine.

La communication avec le double est le fondement de la conscience supramentale de l’avenir. Par elle prendra fin la domination que subit l’homme dans son principe mental. Elle lui permettra de reprendre le contrôle de son savoir et de ne plus vivre dans l’obscurité pénible de la spiritualité spéculative, conditionnée par le monde de la mort à tous les niveaux. Les mystères de la vie doivent être totalement compris par l’homme. Il y arrivera lorsqu’il aura la capacité mentale de contester le mensonge cosmique utilisé par les entités de la mort pour le contrôle de l’involution et la perpétuation du pouvoir obscur du ciel et des enfers sur lui.

La compréhension totale de la mort ne sera possible que lorsque l’homme nouveau aura établi le contact avec le double. De ce rapport télépathique naîtra une nouvelle science de la vie, qui le libérera pour toujours des multiples formes d’affabulations créées durant l’involution, alors que son mental n’était pas suffisamment évolué pour prendre le réel tel qu’il est. La conscience du surhomme étouffera toute déformation de la réalité par les sphères de la mort. Jamais l’homme ne sera contesté dans ce qu’il saura, car les forces de la mort ne peuvent rien contre l’éther et le contact entre l’homme et le double.

L’évolution de la conscience supramentale permettra enfin à l’être nouveau de prendre conscience de la vie, sur tous les plans de la réalité, alors qu’il sera sur le plan de la terre. Ainsi, lors de son retour au-delà de la matière après sa vie corporelle, il ne sera point attiré par la lumière astrale de la mort. Il saura reconnaître son double, et poursuivre ainsi, avec lui, son évolution sur les plans de la lumière qui lui seront alors accessibles. Ceci marquera le début de l’évolution cosmique de l’homme, et son retour à sa source première, avant la rupture du contact avec le double, alors que l’âme devenait trop remplie de mémoires pour que le moi puisse prendre conscience de son lien immortel avec l’origine de toute intelligence créative chez l’homme. L’expérience planétaire sera révolue pour l’être humain, et la conscience cosmique fera des prodiges sur terre. Le ciel de l’astral aura été remplacé par le paradis éthérique de la terre.

Le ciel, c’est la mort, le paradis, c’est l’éther avec toutes ses dimensions de vie créative et libre. Les forces lunaires, forces de la mort, sont liées à l’involution, alors que les forces solaires veillent à l’évolution de la conscience humaine. À la fin du cycle présent, les forces solaires s’activeront ouvertement pour la libération de l’homme et la neutralisation des forces lunaires qui l’ont envahi depuis son incarnation dans la matière, après la rupture du lien cosmique. Celle-ci a fait cesser toute forme de communication universelle entre l’homme et l’esprit. Les morts ne sont pas morts ; ils veillent et travaillent sur les plans astraux au maintien de leur pouvoir sur la conscience humaine. Voilà pourquoi l’homme est lui-même sans pouvoir, et son cerveau n’est qu’une banque de mémoires en développement depuis des siècles et dont la manipulation constitue le plus grand affront à l’intelligence humaine, c’est-à-dire de la conscience créative de l’être réel, cet homme solaire qui sommeille dans chaque être. Les écoles des mystères ont voulu informer l’homme de cette condition, mais les forces au pouvoir en ont fait des temples où ceux qui y pratiquaient leurs connaissances devenaient des ennemis de la raison. Ces écoles, au lieu de devenir de plus en plus fortes et de plus en plus répandues, ont vu décroître leur influence spirituelle, et l’homme a perdu contact avec un niveau de connaissance qui aurait pu aider sa vie spirituelle et matérielle. L’âge de la fusion n’était pas encore parmi les hommes, le cycle solaire de l’évolution n’étant pas encore entré dans sa période active. Cette période ne débuta sur le globe qu’à la fin de 1969, alors que l’homme eut pour la première fois l’occasion de reconnaître le lien universel, par la fusion de l’énergie du double avec l’ego.

Le ciel, plan de la mort avec tous ses niveaux, constitue pour l’homme une phase d’expérience qui tirera à sa fin lorsque l’homme aura repris contact avec cette partie de lui- même qui ne meurt pas, et qui constitue ce qui est appelé l’esprit, ou le double-lumière, aspect qui ne peut fusionner avec le corps matériel que dans l’expression d’une conscience absolue. Celle-ci déchirera les voiles du temps et de l’espace, permettant à l’être de gravir les paliers de l’infinité alors qu’il sera encore dans la chair. Les hommes de cette nouvelle conscience seront les immortels de la race, et leurs travaux sur le globe coïncideront avec le grand œuvre de la hiérarchie universelle, qui sert tous les plans et agit dans toutes les sphères et tous les globes de la galaxie.

Les immortels demeureront derrière la scène de la vie planétaire, car leur rôle ne s’évalue que par rapport à un ensemble de choses non déterminables sur le plan matériel de la conscience involutive actuelle. Ces êtres appartiennent à l’humanité mais ne sont pas liés à elle, puisqu’ils ne reconnaîtront aucune autorité planétaire. Leur respect de l’autorité temporelle ne s’exercera que dans la jonction de leurs énergies avec le corps matériel. Au-delà de ce niveau de vie, ils seront émissaires de lois étrangères à la vie de la terre et de la mort qui la contrôle, mais particulières à l’éther, dimension de la conscience où tout est réel et en harmonie avec les lois de la vie.

Alors que le mortel retourne à la mort après la vie matérielle, l’immortel retournera à l’éther suite à son travail sur le plan terrestre. Son œuvre consistera à empêcher que les forces de l’involution aient le dessus sur l’évolution de la conscience humaine. L’ensemble des immortels représentera l’homme cosmique, l’homme intégral, l’homme sans demeure, sans gîte et parfaitement libre, autogénérateur de ses besoins sur quelque plan que ce soit.

L’immortel travaillera avec les forces de la lumière. Il ne sera pas doté d’une conscience spirituelle, qui l’engloberait dans le sens ancien du terme. Sa vie sera lumière, et sa lumière sera la vie de sa conscience sur tous les plans de sa manifestation. Les immortels n’ont jamais pu, par le passé, se manifester selon les lois éthériques du globe, car les forces spirituelles de la terre ne devaient pas être troublées dans leur mouvement. L’être humain avait un grand besoin de support spirituel à cause de sa faiblesse intérieure. Par contre, la prochaine époque verra naître dans le monde, des hommes dont le pouvoir psychique bouleversera la science. Ils seront libres, et leur force intégrale. Ces êtres canaliseront le feu cosmique, et feront grandir la conscience de l’humanité comme jamais elle ne put le faire par le passé, même avec des religions et différentes formes de spiritualité ou de philosophies passagères. La nouvelle époque est déjà dans le monde, avec ses hommes de l’avenir en évolution. Lorsque Pluton aura été neutralisé par la Régence planétaire, l’humanité actuelle aura accès à plus de connaissances concernant les lois de la vie matérielle et psychique que toutes les époques antérieures. L’homme n’entrera pas dans le vingt et unième siècle sans que les mystères n’aient été dévoilés et le savoir restauré sur la terre. Il lui appartiendra après d’utiliser les clés de ce savoir, qui ne viennent pas des hommes, mais de sa fusion permanente de conscience.

Lorsque l’éther de la terre sera ouvert à l’homme, la conscience de l’humanité vivra un choc d’une telle magnitude, que les forces sociales gouvernant tant bien que mal l’humanité seront renversées sur-le-champ, et un nouvel âge débutera, qui mettra fin au pouvoir de l’astral dans le monde. L’éther aura remplacé le ciel, l’humanité sera libérée cosmiquement, et l’homme conscient passera du travail à l’œuvre pendant que la femme sensible à sa conscience passera de l’esclavage à l’émancipation créative de sa vie mentale. Le pouvoir de l’éther sur le globe fera de la planète une nouvelle sphère où les forces retardataires seront arrêtées brutalement, qu’elles soient collectives ou individuelles. Jamais l’humanité n’aura reçu une telle assistance, et jamais n’aura-t-elle été sur le bord d’une si grande faillite suite à l’involution de ses races divisées les unes contre les autres.

L’homme découvrira que la vie et la survie d’une planète ne sont pas entre ses mains, et cette découverte objective renversera autant sa psychologie sociale que personnelle. Cela mettra en branle les forces gigantesques qui testeront la grandeur de la conscience humaine comme jamais elle ne fut testée auparavant. Les plus grands seront parmi nous, et les plus faibles terrifiés, car les forces solaires unifiées à la conscience de l’homme intégral auront enfin créé le canal nécessaire à la glorification de l’homme, ce qui entraînera la destruction de tout ce qu’il représente comme valeur involutive.

Les nations de la terre se tourneront vers la source de ce pouvoir nouveau sans pouvoir le comprendre, car la source viendra d’un plan auquel les hommes de l’ancien régime n’ont pas accès. Ce régime involutif se retournera contre lui-même, puisque les forces solaires de la prochaine époque agiront contre les voiles de l’humanité inconsciente. Cette période marquera la lutte, dans l’invisible, entre le ciel et l’éther. Cette lutte est déjà gagnée puisque les forces solaires ne peuvent être contestées. La lumière est une force générative et créatrice, à la source de tout ce qui est connu et inconnu de l’homme matériel. La vie deviendra un nouveau champ d’expression où l’expérience involutive de l’âme fera place à la force créative du double ou de l’esprit en fusion avec la conscience la humaine immortalisée.

Tant que l’invisible ne sera pas démystifié par l’impact révélateur de la fusion, l’humanité ne pourra avoir accès à une compréhension objective de l’univers. Une telle compréhension est essentielle afin que l’homme puisse finalement se libérer de sa mémoire inférieure, et entrer dans la mémoire du temps de son esprit, dans des dimensions de l’énergie situées au-delà de la matière physique. L’homme a grandement besoin d’une attestation absolue de sa conscience sur les forces de la nature, pour comprendre les lois de la vie, de la création, de l’énergie, du feu, du magnétisme, et tant qu’il ne verra pas ce qui sous-tend l’existence démentielle de sa race involutive, il sera forcé de subir le pouvoir de l’abîme et les forces solaires en lui devront attendre que ce cycle involutif soit révolu pour se manifester librement dans le monde de la matière. Les hommes ont besoins de savoir ce qui ne fut jamais su, de comprendre ce qui ne fut jamais compris, car sa conscience actuelle est en voie de perdition. Les forces de vie involutives ne peuvent rien contre la conscience éveillée par la lumière, mais elles peuvent tout contre l’inconscience du sommeil. L’immortalité constitue la prochaine étape dans l’évolution de l’homme. L’immortalité n’est ni un mythe, ni une impossibilité. Elle représente la dimension ultimement cosmique de l’homme intégrale. C’est la fusion de la lumière avec le mortel, qui lui assurera la permanence de sa conscience. L’immortalité viendra de la fusion qui le liera à l’infinité de la vie éthérique.

L’éther de la terre fait partie des couches universelles de l’énergie, plans régis par des forces actives visant le maintien de la vie sur le globe, tant sur le plan matériel que sur les plans subtils. Cependant, l’éther ne peut faire partie de la vie de l’homme tant et aussi longtemps que sa conscience n’est pas orientée vers les forces solaires de son système. Ces forces constituent la véritable vie de l’homme, ainsi que des royaumes qui lui sont inférieurs. Elles naissent de la puissance créative de l’univers en général, et se définissent en fonction des besoins évolutifs des systèmes locaux.

Comme l’homme fait partie de l’évolution du système local, les forces solaires lui fourniront le support nécessaire à la fusion de son être avec le double, cette dimension de lui- même qui est parfaite. De là naîtra l’homme réel, l’homme intégral, celui qui répond parfaitement à la qualité de conscience universelle nécessaire à l’évolution future de l’humanité. Au cours de l’involution, le ciel fut la source psychospirituelle de la conscience diffusée à travers les systèmes de pensées données à l’humanité. Le support de l’astral permit à l’homme de maintenir un certain équilibre dans l’évolution de sa conscience, mais il n’a jamais fourni à ce dernier les outils parfaits à la compréhension intégrale, car l’astral n’est pas lumière parfaite. L’astral ne permit jamais à l’homme de se connaître parfaitement, car la conscience vient de l’esprit, et non de l’âme. Celle-ci n’est que mémoire, alors que l’esprit est lumière et intelligence. L’homme a subi sa vie parce qu’il l’a vécue par rapport à la mémoire, tant sur le plan matériel que sur le plan psychique, et il n’a jamais reconnu que la mémoire étouffe l’esprit si elle n’est pas dépolarisée de ses valeurs subjectives. L’histoire de l’humanité est un bain d’expériences, et non une source de savoir. C’est de savoir qu’a besoin l’homme pour renaître à un autre niveau de vie. L’éther donnera à l’homme accès à l’infinité de sa conscience, accès possible seulement si l’homme s’est libéré du pouvoir de la mémoire subjective sur sa conscience expérimentale.

L’homme découvrira que rien n’existe au-dessus de lui qui puisse, sous une forme ou une autre, lui imposer sa volonté, car il sera : volonté, intelligence, amour. Sa conscience étant universelle, il jouira d’un statut universel, et il n’aura d’autres maîtres que lui. Ceci n’est pas facile à comprendre pour l’être inconscient, car sa conduite ne lui appartient pas parfaitement. Elle est maintenue par des courants de vie mentale inférieure et émotive qui la rendent prisonnière et la réduisent à une réaction constante contre sa réalité universelle. Il n’est pas surprenant que le lien universel ne puisse s’établir, puisqu’il rompt toute domination. Il est forcément un lien en fusion, un lieu où l’esprit se fond avec la matière, à tous les niveaux de l’organisation du véhicule terrestre. Si l’homme ancien a perdu la science de sa réalité, c’est parce qu’il s’est donné à la mémoire, comme on se donne à un être qui nous tient rançon. L’homme futur aura la force de briser les chaînes de sa prison, et cette force le grandira dans sa propre lumière. Il sera le centre de sa vie, de la vie, et l’humanité évoluera en fonction de ce centre, tant que les hommes n’auront pas atteint leur pleine et parfaite individualité.

L’éther donnera à l’homme accès à une autre dimension psychique de la vie dont la nature est une continuité de la vie matérielle dans les éthers de vie. Il découvrira que la vie n’est pas un mystère, mais une continuité dans d’autres dimensions du réel appartenant à l’absolu cyclisme des mondes en évolution permanente. L’éther élèvera la conscience au-delà de la matière, et l’homme jouira non seulement de la vie matérielle, mais aussi de la vie éthérique, vie parallèle à celle de la matière mais ouverte à l’infinité de la conscience psychique de l’homme intégral. Ayant finalement accès à l’éther de la vie, il ne questionnera plus la dimensionnalité de l’univers et de sa conscience, et il commencera par conséquent son étude profonde des plans parallèles. De tout temps ceux-ci ont sous-tendu l’ordre matériel et psychique de sa vie et celle de sa planète, et maintenu à son insu l’équilibre des royaumes, jusqu’à ce qu’il commence à le défaire pour ainsi plonger sa civilisation dans la période d’insécurité que vivent les temps modernes.

La reconnaissance de l’homme face aux éthers de vie émerveillera sa conscience, car il pourra enfin se sentir libre de la limitation de ses sens psychiques. Ceci l’amènera à se confronter de plus en plus au dilemme de l’involution, qui fut à la source de son anxiété existentielle. Il se verra pour la première fois dans sa lumière, dans l’enveloppe éthérique de sa conscience mentale supérieure. Élevé en conscience, il découvrira les secrets de la vie, les mécanismes cosmiques de la création. Son esprit sera libéré des voiles créés par ses sens, et l’esprit de l’homme en fusion avec la lumière de son double parcourra les vastes étendues de la création. L’accès à ces étendues fut le privilège des races avancées, dont la science de l’énergie créa dans la conscience humaine spiritualisée toutes les formes de mythologie utilisées par les plans astraux pour le maintenir dans l’abîme du mensonge cosmique inconditionnel.

L’homme découvrira que les âmes non perfectionnées étaient forcées de garder le secret de la vie, afin que lui continue à vivre selon les lois lunaires qui dominent les plans de la mort, jusqu’à ce qu’il passe de la vie inconsciente matérielle à la vie consciente. Cette découverte fera ressortir du mental humain des forces créatives d’un ordre, qui conduiront l’homme intégral des prochaines vagues de vie à en instruire ses progénitures ; le premier chaînon de la race-racine sera forgé dans la souffrance, mais les fils de ces êtres ne connaîtront plus la souffrance ancienne. Nés dans une nouvelle période de vie, ces descendants de la lumière iront librement vers ce que leurs pères avaient reconnu, c’est-à-dire la vie sur d’autres plans que celui de la terre. Ils chercheront comme leurs pères avaient cherché, mais cette fois la recherche sera scientifique et touchera les plans subtils de la matière. Les enfants de l’avenir auront accès à une science de la matière qui éteindra la mémoire des sciences actuelles, et les projettera dans d’autres temps, d’autres dimensions. La vie de ces hommes encore à naître permettra à l’humanité de se soulever par sa propre volonté, et ces êtres de l’avenir deviendront à leur tour extraterrestre, c’est-à-dire capables de voyager dans le temps. Le cycle de la conscience planétaire s’éteindra, et les hommes seront de plus en plus lumière et de plus en plus invisibles aux royaumes inférieurs de la terre.

Les âmes prisonnières de la vie astrale chercheront à s’incarner, car elles verront la nouvelle conscience. Non seulement s’incarneront-elles pour jouir de la vie, mais aussi pour la faire avancer. Celles qui ne seront pas suffisamment évoluées pour entreprendre une descente dans la matière, qui les mènera à la sortie éthérique de l’homme vers de nouvelles dimensions, évolueront sur d’autres globes jusqu’à ce que le règne de l’humanité immortelle s’établisse au cours de la septième race-racine, dernière période d’évolution de l’homme sur le globe terrestre. Ces âmes, qui n’auront pu descendre dans le véhicule matériel à cause de leur propre insuffisance, seront forcées par les lois de la mort d’attendre le nouveau cycle de l’évolution jupitérienne. Au cours de ce dernier, elles deviendront des mémoires utilisées dans la construction de véhicules humains mécanisés, une forme de clone biologique ou d’aide humanoïde, que les hommes de cette évolution utiliseront pour leurs travaux de recherche, dans la vaste galaxie en voie d’expansion créative, à tous les niveaux des plans de vie existants.sky photo

reveilletoi

Pour un monde meilleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *