Le mystère de l’homme et l’astral

Le mystère de l'homme et l'astral
Extraits du livre « La genèse du réel » de Bernard de Montréal

Le pouvoir de l’astral sur la conscience humaine est tellement considérable que l’homme de l’involution a la certitude profonde de son impuissance face à la mort. À cause de la prédominance des forces astrales sur la conscience de l’homme, celui-ci vivra jusqu’à la fin de l’involution dans l’inversion de son énergie créative. Très peu d’hommes connaîtront au cours de la première vague de vie, la transmutation totale de leur conscience planétaire. Mais le principe demeurera universel pour tous les êtres de la terre, jusqu’à la fusion totale et individuelle de chacun au cours de l’évolution des deux dernières races-racines. Ce principe sera reconnu à travers l’expérience de l’homme individualisé, au cours de laquelle l’être très éveillé découvrira que la relation étroite entre son esprit et les forces de l’âme est une relation d’opposition intégrale. Celle-ci créera un épuisement au bout duquel l’homme reprendra la maîtrise de son énergie. Il s’apercevra du rapport strict entre l’esprit et l’âme, le premier étant pure intelligence, et la seconde représentant différents aspects d’une intelligence inférieure. Cette dernière devra être ajustée, afin que le mental humain ne soit plus conditionné par les forces de la mort ou de la souffrance, à quelque niveau de l’expérience que ce soit. Au cours de cette expérience d’apprentissage, l’homme comprendra que la souffrance vécue au cours de son initiation solaire n’est pas due seulement à l’ignorance sous une forme ou une autre, mais aussi à un besoin absolu de l’esprit de s’intégrer en lui de façon parfaite ; ainsi l’apport de sa grande puissance, à travers la conscience mortelle, libérera l’homme de l’énergie astrale enregistrée dans les annales de la mort.

L’être humain, à cause de sa conscience spirituelle, ne réalise pas encore l’influence du monde de la mort à travers sa conscience planétaire. L’homme croit que, parce qu’il vit sur le plan matériel, il est en dehors de la mort ; en fait, il est paralysé par elle à travers l’énergie de l’âme, qui lui donne accès aux forces occultes et voilées de sa conscience. Ces forces sont responsables de la subjectivité non créative de ses pensées, utilisées pour le garder dans l’ignorance la plus absolue de la réalité de sa personne humaine et universelle.

Le mystère de l’homme est un mythe créé par le plan astral pour le démunir psychologiquement face à la mort, puisque ce n’est que dans la mort que l’homme croit pouvoir comprendre son mystère. Cette illusion est totale car, même dans la mort, l’homme demeure ignorant de sa réalité. La conscience supramentale percera les voiles de cette illusion, et l’homme comprendra la nature de sa vie matérielle et psychique. Le mystère de sa vie ayant été éclairci par une connaissance libérée de la subjectivité et de l’astralité de ses pensées, il démolira ce que la mort avait construit en lui pendant si longtemps : le mur de l’incompréhension de ce que l’involution lui avait fait vivre. Fort de sa pensée créative et réelle, il ouvrira les voiles de l’astral et connaîtra enfin ce qui se trame contre lui au-delà de la vie matérielle. Dès lors sa conscience nouvelle grandira, pour l’amener à supporter graduellement la vision de sa réalité. Lié à cette conscience nouvelle, il ne pourra plus retourner à la mort, car déjà il aura subi la dernière vie dans son cycle expérimental, et il sera mort à l’ego inconscient. La mort n’aura plus d’emprise sur lui, car c’est à travers l’ignorance humaine des lois astrales qu’elle œuvre et a toujours œuvré durant l’involution.

L’homme prendra conscience de son mystère. Ceci changera en lui la polarité des forces psychiques, et il se sentira différent en tant qu’homme. Avec le temps, il verra qu’il ne fait plus partie de l’humanité de l’involution. La conscience de cette séparation transformera sa vision intérieure, et sa vie sera altérée afin qu’il puisse prendre contrôle des forces psychiques en lui qui, plus tard, lui donneront la maîtrise de la matière. Il vivra en relation de plus en plus étroite avec les dimensions psychiques de son être, d’abord à travers certains rêves intenses ou cauchemars, qui ne représenteront qu’un aspect puissant de la descente de ses nouvelles forces intervenant dans la réorganisation interne de son moi.

Ces expériences profondes lui feront découvrir son secret, caché depuis le début de l’involution et derrière lequel la nature de l’homme fut réduite à un regard primitif pour empêcher que l’être humain obstrue la grande expérience de vie en quarantaine, et qu’il ne se suicide devant la grandeur trop vaste de sa réalité prépersonnelle. Ainsi il comprendra le besoin de se rapprocher de la vie matérielle, afin de ne pas trop souffrir de la descente continue des forces nouvelles en lui, à travers son psychisme encore trop peu habitué au choc du savoir permanent. Plus il avancera dans la conscience, plus son mystère fera place à la réalité grandiose de cet inconnu qu’il découvrira en lui-même, parfaitement intelligent de sa réalité cosmique à travers l’action créative de son double transpersonnel. Quand l’homme aura réalisé de plus en plus concrètement l’existence de son double immatériel, qui lui sert de source d’énergie et de support de vie sur le plan matériel, il sera convaincu de la nature indivisible de son essence, à laquelle il aura recours en tant qu’être évolué et fusionné. Lorsque l’homme se sera fait une idée précise de sa réalité, le mystère fera place à la science infuse de sa réalité. Il ne connaîtra plus de limite à son savoir, car déjà il aura traversé le monde de la mort, limite de sa connaissance réelle. Libérée du mystère, sa conscience ne se nourrira plus de la connaissance mémorielle, et l’homme avancera inexorablement vers les sphères très avancées de sa conscience universelle, où il lui sera alors possible, même dans la matière, de s’entretenir avec les intelligences de sa planète d’origine.

Ayant psychiquement retrouvé sa planète d’origine, l’homme nouveau ne pourra plus supporter la vibration de l’ignorance, ou toute forme d’interférence l’empêchant de pénétrer les domaines les plus occultes de la vie planétaire, systémique et universelle. Avec le temps, il utilisera ses nouvelles connaissances à l’évolution de la terre, son corps mental ne sera plus astralisé et il supportera parfaitement ce savoir. En reconnaissant que le mystère de l’homme n’existe qu’en fonction de sa propre inhabilité à en neutraliser l’illusion astrale, il s’instruira parfaitement de ce qu’il sait à mesure qu’il pourra l’utiliser créativement dans le monde.

Il n’aura pas accès à la science s’il ne peut la manifester publiquement, car le savoir n’existe pas pour l’homme lui-même, mais pour ceux qui doivent en bénéficier, afin qu’ils en arrivent un jour à leur propre identité, leur réelle individualité. L’homme nouveau comprendra que l’être humain descend d’une souche supérieure de l’évolution systémique, mise en quarantaine afin de mesurer et de tester une micro-conscience nouvellement développée sur certaines planètes, pour l’évolution d’un nouveau type d’humanité. Il découvrira que la seule raison pour laquelle il est sur la planète terre est due à une décision majeure prise il y a très longtemps : la conscience de l’homme devait pouvoir supporter sa séparation d’avec les circuits universels, afin de déterminer , au cours de l’évolution future de la race, si cette dernière pouvait résister à l’isolation la plus totale avant de reprendre le contrôle de son évolution, plus tard , sur un plan qui lui serait assigné une fois l’expérience terminée. Ceci est un des aspects du mystère de l’homme, et lorsque l’être conscient aura par lui-même pris conscience de cet aspect, déjà il aura commencé à reprendre le contrôle de son évolution.

La mort, telle que l’homme l’a connue, faisait partie du besoin de conserver les mémoires de l’humanité expérimentale, afin qu’elle puisse consolider son expérience sans le support de son contact instantané avec les circuits universels. Quand l’homme nouveau aura compris ceci, il vivra sur une autre échelle vibratoire et sa vie mortelle, déjà, se séparera des conditions de l’involution infligées à l’humanité pour l’évolution de sa race. Il verra alors pourquoi ce fut impossible pour l’homme involutif de comprendre son propre mystère. Il saura nettement que, pour comprendre son mystère, il doit être une fois de plus en contact avec les circuits universels, et que seule la fusion de son énergie avec l’ego lui fera vivre cette expérience nouvelle, inconnue des races en évolution dans la galaxie locale ou les mondes plus éloignés. Si l’être humain a pu continuer à évoluer sans être en contact avec ces circuits, c’est grâce à l’incarnation dans la matière, au cours des âges, de certaines intelligences qui eurent pour mission de donner à l’homme la lumière essentielle à sa survie planétaire, selon le degré d’évolution de ses cultures et de ses races.

Ayant supporté l’ardeur de ses propres ténèbres, l’homme nouveau supportera l’ardeur de sa propre lumière et, selon la densité de ces ténèbres, il s’élèvera en conscience au-delà de la mort, c’est à dire au-delà de la rupture entre sa conscience matérielle et sa conscience cosmique ou universelle. Ceux qui dépasseront l’inconscience involutive et ce qu’elle comporte n’auront d’autres chefs-lieux, pour la mise en évolution de leur énergie puissante, que leur propre conscience élevée à un niveau de centricité que seul l’homme conscient peut connaître et supporter. Ceux-là y arriveront après les longues années de souffrances que leur apporteront la lumière et la vie réelle sur une planète en quarantaine; cette vie réelle est loin encore de sa liberté et de son retour à l’universalité des gouvernements invisibles et des sciences attenantes, selon leur degré d’évolution remarquable.

L’homme nouveau découvrira le mystère de sa nature, selon le degré de conscience qu’il pourra supporter au cours de son évolution. Sa conscience deviendra de plus en plus un état d’énergie vibratoire, et de moins en moins un état psychologique, et son intelligence se libérera des fonctions astrales de l’intelligence involutive. L’homme pourra alors reconnaître que la nature de sa conscience change au fur et à mesure que s’altère le lien entre sa mémoire subjective, conditionnée, et sa conscience pure. Ce que l’involution a perçu de la nature de la conscience n’a aucune relation avec ce que l’évolution lui apprendra, car l’intelligence égoïque aura été altérée par la descente dans l’homme d’une énergie nouvelle, qui ne s’apparente aucunement avec celle de l’involution. L’homme découvrira alors son mystère, sa liaison étroite avec les plans subtils de la vie, qui ne peuvent être en contact avec lui que lorsqu’il a suffisamment développé son identité réelle.

Le monde astral s’inquiète de voir l’homme découvrir sa nature réelle, car ce plan se nourrit de ses émotions et de ses pensées subjectives, ignorantes de la réalité. Pour cette raison, l’homme nouveau devra constamment lutter contre ces aspects de lui-même qui freinent sa liberté réelle; sans cette lutte, la conscience ne peut se développer, car son développement dépend de la capacité d’élever à un niveau supérieur les énergies de la conscience conditionnée.

Les entités du monde astral s’opposent volontairement, ou involontairement selon leur niveau d’évolution, à ce que l’homme se libère, car il constitue pour elles un important support de vie. Lorsqu’il sera suffisamment évolué et intelligent, l’homme servira de tremplin pour l’évolution de ces intelligences, prisonnières de leur propre espace, le temps de la mort. La rencontre entre l’homme et ces intelligences mettra un terme à toute forme d’ignorance. Mais ces temps ne sont pas encore arrivés, et l’homme doit se protéger contre toute déformation de la réalité, afin de comprendre le grand plan d’évolution de la terre lorsque se feront ces rencontres importantes de l’évolution des sphères.

Sur le plan astral de la conscience humaine, l’esprit est en conflit avec la mémoire astralisée, de sorte que l’être est réduit à une conscience expérimentale. L’homme souffre de ce plan et de ses influences depuis le début de l’involution, lors de la rupture de son lien universel qui l’affranchissait de toute douleur existentielle. La réalité de l’astral est le secret le mieux gardé depuis lors. À cause de ce secret, la vie terrestre fut, de tout temps, liée à la souffrance existentielle qui a servi à la construction de modèles d’évolution astraux enregistrés dans les archives de la mort, selon le mode d’expériences vécues sur le globe.

La réalité est plus grande que la fiction. L’humanité en général, sauf une poignée d’initiés, ne fut jamais mise au courant de l’inversion psychique de la conscience humaine, que l’homme aurait pu rétablir au cours de l’évolution s’il avait eu accès à la science profonde de ce plan qui constitue, à lui seul, la totale domination de l’âme incarnée dans la chair. Les aspects ésotériques des religions et des philosophies spirituelles furent utilisées astralement contre l’homme, dans le but de l’éloigner de ce secret. Les forces astrales sont plus réelles que ne peut se l’imaginer l’être inconscient, et leur densité psychique équivaut, toutes proportions gardées, à la densité du corps matériel humain. Le rêve ne représente qu’une partie de ce plan, et c’est sur ce plan seul que l’homme inconscient de la terre peut miser pour en apercevoir un petit peu le reflet. Dans le sommeil profond de l’être, l’astral apparaît plus réellement sur son écran mental. C’est aussi dans le sommeil, cette fois conscient, que l’homme nouveau déchirera les voiles de l’astral, pour faire descendre sur le plan matériel les pouvoirs de son esprit, qui font partie de la vie naturelle de la conscience cellulaire.

La compréhension du mystère de l’astral se fera quand l’homme apprendra à communiquer intérieurement et, dans un même temps, demeurera indépendant d’esprit dans sa communication. Que l’homme soit médium est une chose, mais qu’il soit esclave de sa médiumnité en est une autre. Les forces astrales connaissent les faiblesses psychologiques de l’homme, et les utilisent pour leur propre compte, ce qui leur permet de l’englober subtilement pour mieux l’utiliser à leurs fins. Tant que l’homme n’aura pas intégré son énergie, il demeurera influençable dans sa communication intérieure. Ce n’est pas la communication intérieure en elle-même qui est problématique, mais son influence subtile à long terme. L’astral cherche à manipuler l’homme selon sa nature, son tempérament, son corps de désir, et tant qu’il n’aura pas intégré son énergie, il sera astralisable et ne pourra vivre de son intelligence intégrale. L’homme découvrira, au cours de sa recherche intérieure, que le monde des morts n’est pas plus instruit que lui des mystères de la vie, sauf si cet homme est en fusion d’énergie avec son double lumière. Comme les forces astrales savent ceci, une lutte grandissante se fera sur le plan matériel pour empêcher l’homme de se libérer de son influence néfaste. La méconnaissance que l’astral est anti-homme dans tous ses aspects créera un choc dans la conscience humaine, et ce choc conduira l’homme vers la fusion.

Le double de l’homme se libérera de l’astral dans la mesure où l’être conscient l’intégrera. À l’inverse, le double demeurera impuissant si le lien universel entre lui et l’homme est astralement coloré. Le mystère de l’astral demeurera tant que l’homme nouveau n’aura pas déchiré le voile de ses propres pensées involutives. Ceci demandera une très forte individualisation de sa conscience, car les formes-pensées involutives sont totalement astralisées. De cette condition involutive et millénaire sont nés, sur le plan matériel, l’ignorance de l’homme face à lui-même, et le besoin intérieur d’une démarche spirituelle pour mieux se comprendre. Si la pensée de l’homme n’était pas astralisée, il n’aurait pas à se chercher pour se comprendre; son énergie mentale serait parfaitement créative, et sa conscience connaîtrait un équilibre parfait, une fusion avec sa source, sa lumière.

Le monde de la mort cherchera, par tous les moyens, à entrer en communication avec l’homme, par le biais d’une quelconque médiumnité. L’être en vivra les pièges subtils et intelligents tant qu’il n’aura pas la force intérieure pour s’assurer une indépendance d’esprit face à des communications d’outre-tombe. Le monde des esprits est englobé par les forces de l’involution. Celles-ci ont une signification différente dans le monde de la mort. Dans l’astral, elles sont les puissances qui régimentent le monde de la mort, et créent sur ce plan les conditions d’influences à travers lesquelles l’homme est maintenu dans l’ignorance de la vie et de la mort. Ce n’est pas à l’avantage de ces forces de révéler à l’homme la nature de leur domination, car elles sont actives à travers lui et doivent lui créer l’impression qu’au-delà de la vie, la mort est un monde merveilleux, alors que la mort est un arrêt monumental sur le chemin de l’évolution vers la fusion et l’immortalité de l’être. Les morts sont jaloux de l’homme et ne connaissent pas l’amour que l’homme leur attribue. Leur amour est déviant et confiné à une forme ou une autre de domination, dont l’être est totalement inconscient. Il s’agit de leur communiquer cette facette du réel pour voir la communication s’estomper, et même se rompre. Les morts ne veulent pas parler de ce que l’homme conscient sait, car il en va de la sécurité de leur propre système de vie, il en va de la continuité de leur évolution. Dès que l’homme entre dans la science de la vie et de la mort par sa fusion avec le double, le monde de la mort tremble et se sent menacé par la nouvelle conscience de l’être en évolution d’intelligence. Ceci, l’homme de la terre doit le savoir, et il le saura.

L’astral demeurera un mystère tant et aussi longtemps que l’homme n’aura pas contesté les valeurs subtilement limitatives qu’il lui impose pour des fins de domination spirituelle. La pensée créative de l’homme en fusion sera plus haute en vibration que la pensée de l’âme désincarnée, car la relation entre l’énergie et le plan mental se perfectionne dans la mesure où l’être est en fusion avec sa source, cette dimension de lui-même qui se situe au-delà du monde de la mort.

Tant que l’homme spirituel demeurera prisonnier de sa relation mentale avec l’astral, sa pensée sera colorée par les entités sur ce plan, au lieu d’être sa propre pensée issue de l’infinité du mouvement de sa conscience universelle et cosmique à travers ses centres. L’astral intercepte l’énergie mentale de l’homme et la conditionne à sa propre vibration. C’est la fonction de l’astral dans sa relation spirituelle avec l’homme, tant que ce dernier n’aura pas suffisamment évolué pour intégrer sa propre énergie par lui-même, au lieu de la voir diluée spirituellement par des entités évoluant sur les plans parallèles de sa vie planétaire.

L’homme nouveau mettra à jour les jeux de l’astral, et il se libérera de ses pièges. Les sciences spirites seront révisées, et ce qui ne correspondra pas à l’intelligence de sa propre lumière sera éclairé, afin d’empêcher que ne se poursuive l’englobement occulte de l’homme spirituel et naïf. Tous les concepts et préceptes communiqués par médiumnité seront repris par la conscience supérieure de l’homme éveillé, et ce qui ne coïncidera pas avec la réalité sera remis en question jusqu’à ce que l’astral admette à l’homme, de force, ce qui lui fut voilé pendant des millénaires. Le mystère de l’astral ne servira plus les entités, car l’homme intégral sera un être en fusion de conscience, et aura les réponses à toutes les questions possibles et imaginables. L’astral sera forcé, vibratoirement, de se plier à sa science, car elle sera parfaite et sans faille, sous son contrôle mental. La fusion éliminera à tout jamais la naïveté de la conscience humaine. Jamais plus l’être conscient ne sera prisonnier des plans astraux, jamais plus il ne sera à leur merci pour la compréhension des lois de la vie et de la mort, car déjà sa fusion l’aura libéré du mensonge cosmique utilisé contre lui.

Le mystère de l’astral est contigu au mystère de l’homme lui-même, car il accentue les voiles de la conscience humaine. La conscience involutive fut impuissante à percer le mystère de l’astral, car la pensée humaine était liée à l’activité inconsciente de ce plan, par le lien entre l’homme et les entités qui le composent, en influençant la pensée inconsciemment. La recherche séculaire de l’homme pour la réalité ne représentait que la retenue de l’astral sur sa conscience. L’astral est habité par des âmes qui ressemblent de près à l’homme, avec cette différence qu’elles sont décorporalisées.

Leur nature, par contre, demeure la même. Dans cette dimension, elles répondent aux lois de la vie de leur plan, dans le même sens que l’homme répond aux lois de la vie sur le plan matériel. Ce que l’homme ne réalise pas, cependant, c’est que le plan astral est régi par des lois qui violent sa liberté ; les entités font partie du monde de la mort, et ce plan n’est nullement voué à la fusion de l’homme avec son énergie, car la fusion le rend libre de leur influence, et toute liberté accrue de l’être les prive de leurs liens essentiels avec une dimension d’expérience qu’ils ne peuvent goûter que par contact télépathique subliminal. Les morts auront sur l’homme un pouvoir d’influence tant et aussi longtemps que ce dernier ne sera pas en pleine conscience de sa réalité. À partir de cette conscience, l’astral et les entités qui l’habitent se verront forcés d’évoluer sur d’autres plans, l’homme cessera d’être pour elles une source obscure de souvenance. À travers l’inconscience de l’homme, les morts allègent la grande solitude de leur être, et ce sera par lui qu’ils seront libérés de l’astral au cours de l’évolution. La mort est un monde temporaire où évoluent les âmes. L’homme à toujours cru que ce monde était terminal. Cette illusion est responsable de l’emprise qu’a sur lui l’astral, à son insu. L’évolution de la science intérieure mènera l’homme à la compréhension de ceci, et permettra de renverser le pouvoir astral sur la conscience humaine. Cela mettra fin à la coexistence dans la conscience humaine de deux niveaux d’intelligence : le premier est créatif et ascendant, alors que l’autre est essentiellement descendant, et retardataire à long terme.

La puissance de l’astral contre l’homme est due au fait que la vie de l’âme et la vie de l’homme sont essentiellement opposées sur le plan cosmique des sphères en évolution : la vie de l’âme est régie par des forces de l’involution, alors que la vie de l’homme est régie par les forces de l’évolution. Tant que l’homme sera désinformé par l’astral, il ne pourra comprendre son identité réelle, qui ne peut dériver que de son lien absolu avec le double, dont il représente sur le plan matériel la contrepartie universelle. La lumière du double est l’intelligence de l’homme, dans la mesure où ce dernier est suffisamment évolué pour dépasser la programmation astrale qu’il hérite à la naissance, après avoir perdu la mémoire de ses origines. Le fait que les hommes perdent la mémoire de leurs origines à la naissance leur permet de développer la conscience planétaire égoïque, sous l’œil vigilant de l’astral.

Le mystère de l’astral est tellement vaste, et sa réalité dépasse tellement le pouvoir de la raison humaine, que l’homme ne pourra le comprendre qu’à travers la communication intérieure, totalement libérée de la naïveté spirituelle involutive. De même que l’homme, dans ses communications avec l’homme, maintient un esprit critique, de même l’homme nouveau, en communication télépathique ou intérieure avec l’astral, maintiendra son objectivité. Il pourra enfin questionner la validité de ce qui lui sera transmis, par la puissante lumière de son lien universel, que l’astral ne pourra colorer.

L’astral est un monde en lui-même, dont l’immatérialité n’est due qu’à un niveau de fréquence vibratoire de l’énergie, plus élevé que celui que connaît l’homme matériel. Mais l’immatérialité de l’astral ne le rend pas inoffensif pour autant. Au contraire, car l’homme en est encore plus inconscient, donc plus affecté dans son évolution terminale vers la fusion avec l’énergie de sa source. L’homme nouveau intégrera l’énergie du double avant de se libérer du pouvoir des forces astrales sur sa conscience. Ce sera le test ultime de l’être conscient contre la mort, qu’il doit revivre lors de la rupture du cordon argenté qui le lie à la matière. Ayant intégré son énergie, la rupture du cordon argenté sera sans conséquence pour lui, car la fusion lui permettra de s’élever à volonté en vibration, au-delà du plan astral, pour se retrouver sur le plan éthérique, plan naturel de son évolution systémique et universelle.

L’évolution prochaine de l’homme lui ouvrira le passage de l’éther, ce qui lui permettra d’unifier les forces de la nature et de les placer sous sa commande. Dès lors, il comprendra le jeu des forces en évolution à travers son être, et cette compréhension unifiera enfin sa conscience. Il connaîtra celle-ci de façon parfaite et ne succombera plus à la loi de la polarité qui, depuis l’involution, est responsable de sa souffrance, à cause de son ignorance des lois profondes qui sous-tendent l’ordre universel et systémique. Une fois le mystère de l’astral parfaitement compris, l’évolution de la race mentale future obéira à des lois dont l’être sera conscient, et auxquelles il participera. Le mystère de la conscience humaine aura été résolu, et l’homme vivra comme il doit vivre : en harmonie parfaite avec les forces de l’esprit, dont il sera l’expression de plus en plus perfectionnée sur le plan matériel et éthérique.

La conscience de l’éther permettra à l’homme intégral de comprendre les dimensions ultimement cosmiques de l’existence et de la vie en général. Ceci fera de lui un être supérieurement intelligent, dans un sens qui ne convient pas à la définition présente de l’intelligence rationnelle et mécanique.

L’intelligence supramentale sera nouvelle, profondément créative et non réflective ; elle ne fondera plus son principe sur le simple développement de la mémoire, mais sur l’activité psychique des centres supérieurs de l’homme en évolution de fusion. La fusion de l’homme nouveau avec son énergie greffera à la vie planétaire une dimension supramatérielle de vie et de conscience. Ainsi l’évolution ressemblera de plus en plus à une forme de conscience magique des forces actives à travers l’homme et la matière. La pleine compréhension de l’astral et de son pouvoir sur la vie humaine créera une distance de plus en plus grande entre les hommes de l’involution et ceux qui prendront conscience de leur pouvoir intégral.

reveilletoi

Pour un monde meilleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *